slider image 0

  • Plusieurs heures de vol, comment gérer ?

    Voyager c’est toujours plaisant mais lorsqu’on doit passer plusieurs heures dans un avion alors là c’est moins drôle et parfois cela peut conduire à se trouver dans un état de stress et d’appréhension rien qu’en pensant à toutes ces heures assis peut être à côté d’un voisin qui a quelques « soucis d’hygiène », qui a un besoin vital de vous raconter ses exploits en bricolage, photos à l’appui, ou encore celui qui se plaint de tout et tout le temps.

    Sans compter que toutes ces heures sans bouger paraîtront interminables si on ne sait pas les gérer et pire, elles peuvent engendrer des soucis de santé plus ou moins grave si on ne prend pas les mesures nécessaires de base.

    Cet article va donc vous permettre de faire face à toutes les situations et vous donner les conseils essentiels pour que le vol ne devienne pas le point noir de votre voyage !

    interior of pasanger airplane with the seats

    AVANT LE VOL :

     

    • COMMENT S’HABILLER ?

     

    Lady-Gaga-a-l-aeroport-En-tenue-detente-pour-prendre-l-avion_portrait_w674

    À moins d’être Lady Gaga, inutile de vouloir être looké à tout pris pour votre sortie d’avion, vous ne passerez pas plus vite à la douane en mode VIP  parce que vous aurez mis vos superbes escarpins fluos à talons de 15cm assortis à votre legging à paillettes que personne vous envie et le dernier magazine VOGUE à la main !

    Au-delà de 6 heures de vol, le sang circule mal et vous pourrez alors ressentir une sensation de jambes lourdes très désagréable et parfois même dangereuse puisque vous risquez une phlébite (potentiellement mortelle) .

    Pour prévenir ce type de problème, il est recommandé de porter des vêtements amples qui ne restreignent pas les mouvements et n’entravent pas la circulation sanguine, éviter aussi les ceintures et les gaines.

    Munissez vous par exemple d’un pantalon ample en coton ( évitez le synthétique qui fait transpirer ce qui est mauvais pour l’hygiène et le confort) qui ne vous serrera pas à la taille après le repas et qui vous permet tout mouvement sans encombre! le top étant le pantalon type jogging pour le bas et pour le haut, un t-shirt large, en coton aussi, que vous pourrez enlever facilement (ou passer la main en dessous ) si vous voulez faire une toilette succincte avec des lingettes à l’eau ou un gant de toilette.

    Pour les chaussures, privilégier les ballerines ou les basket que vous pourrez retirer facilement au cas où vos pieds gonfleraient pendant le vol.

    NB : Pour ceux qui transpirent excessivement des pieds et qui ont peur de subir et faire subir certaines odeurs « gênantes » au moment du retrait des chaussures, la veille, vous pouvez y mettre de l’antitranspirant ou de l’acide borique en poudre ( vendu en pharmacie) associé à du talc. Prévoir aussi une paire de chaussette supplémentaire à changer au moment du retrait des chaussures.

    Prévoyez une paire de tong ou claquettes souples et très légères pour vos va et vient dans l’avion afin de ne pas avoir besoin de se rechausser 10 fois avec toutes les complications de posture que cela implique ( en général on est un peu à l’étroit donc chaque mouvement doit être calculé pour gêner son voisin le moins possible ).claquettes légères avionpantalon jogging avionCOUSSIN VOYAGE

    Pensez aussi à vous munir d’un petit foulard qui ne sera pas de trop en altitude avec le froid ou même comme coussin d’appoint…

    Acheter des chaussettes, bas ou collants de contention. Compte tenu de la fréquence et de la gravité de la thrombose veineuse profonde en avion, cette mesure ne doit plus être réservée aux sujets à haut risque : elle devrait s’appliquer à tout voyageur, au moins long courrier.

    • AVANT D’EMBARQUER : la salle d’attente

    salle d'embarquement aéroport

     

    Ne rester pas assis en salle d’attente d’embarquement et profitez de ce moment pour vous dégourdir les jambes et faire quelques exercices d’étirement car cela s’avèrera plus compliqué pendant le vol.

    Un voyageur aguerri ne restera pas assis pendant l’attente d’embarquement.

    • LA CINÉTOSE OU LE MAL DES TRANSPORT :

    mal des transports

     

    La cinétose, ou mal des transports, est l’ensemble des troubles provoqués chez certains sujets par un voyage en bateau, en voiture, en train, en avion.

    Le mal des transports qui peut survenir lors d’un voyage en avion est dû aux vibrations qui perturbent notre oreille interne et les informations transmises au cerveau. En gros « on avance sans bouger et le cerveau ne comprend pas cette incohérence » voilà comment mon médecin de famille m’a expliqué ce phénomène lorsque j’étais gamine et que j’en avais marre d’être toujours devant dans le bus avec le prof et le chauffeur alors que les élèves cool de l’école mettaient l’ambiance dans le fond du car! bref, je m’égare…

    Ce phénomène peut entraîner des nausées, des malaises et des vomissements et se traduit par trois phases distinctes :

    1. Première phase : simple malaise caractérisé par une sensation de mal être. Physiquement cela se traduit par une pâleur, somnolence et bâillements.
    2. Deuxième phase : surviennent les nausées et vomissements
    3. Troisième phase : on observe une perte totale de toute volonté et de toute réaction de défense. Le patient est prostré, renfermé sur lui-même avec une idée fixe : son malaise. Les pertes de connaissance brutales par hypoglycémie ou hypotension ne sont pas rares.

    Comment y remédier ?

    Lors de la réservation, demander une place près des ailes et en milieu de rang (pour être le plus près possible du centre de gravité de l’avion) .

    Prendre un anti nauséeux spécialement conçu pour le mal des transports ( bien penser à le prendre au moins une demi-heure avant le départ car pendant le voyage, c’est trop tard, il n’aura aucun effet ).

    Évitez de manger trop copieux avant le départ, préférez les aliments solides plutôt que liquides et abstenez vous de café et produits laitiers.

    Pendant le voyage, si vous êtes assujettis aux nausées,  abstenez-vous de lire, d’écrire ou d’entreprendre une activité qui réclame votre attention visuelle. Enfin, il vous reste toujours les comprimés antinausées à prendre au moment où on commence à être mal.

    • JE MANGE QUOI AVANT LE VOL ?

    repas avion

     

    Au cours de l’ascension et même en vitesse de croisière, la dilatation des gaz est à l’origine chez certaines personnes de colopathie et de distension de l’intestin. Avant le départ, ne restez pas à jeun et mangez léger. Évitez les aliments que vous tolérez mal habituellement, comme les produits laitiers, mais surtout les féculents, les pois chiches, fèves et autres légumes secs à cosse, les crudités, les choux (choux de Bruxelles, choux-fleurs, choux rouges, etc.) et les boissons gazeuses.

    PENDANT LE VOL :

     

    • S’ HYDRATER

    Hydratation

    En effet, en cabine l’air est très sec, l’hygrométrie étant inférieure à 10% et souvent proche de 3% (soit plus de 10 fois plus sec que l’air des déserts les plus arides) ; il ne peut en être autrement car l’air nouveau insufflé provient d’une altitude de 9-10 km ; si bien que le peu d’hydratation de l’air provient… de la respiration et de la perspiration des passagers. Donc si vous ne voulez pas ressembler à une pomme flétrie à la sortir de l’avion, il faudra bien boire et ne pas hésiter à demander à l’hôtesse de l’eau supplémentaire si besoin, elles ne vous la refuseront pas.

    On s’hydrate à l’intérieur mais ne négligez pas non plus l’extérieur : un tube de crème hydratante fera largement l’affaire ( ou prenez par exemple les échantillons de crème qu’on vous donne à la pharmacie gratuitement ainsi vous aurez la crème corps et la crème visage sans être encombré ).

    • BOUGER

    etire_assi

    Assis à l’étroit lors d’un voyage en avion, vous ne pourrez pas allonger vos jambes. Pensez d’ailleurs à ne rien placer sous le siège devant vous, afin de pouvoir vous étirer et bouger vos pieds et vos chevilles.

    Donc il vous faudra marcher dans les allées aussi longtemps que possible, au moins cinq à dix minutes par heure. En effet, au-delà de 6 heures de vol, le sang circule mal et au delà des jambes lourdes, ce qui est déjà assez désagréable, il y a un risque de phlébite qu’on ne doit pas prendre à la légère.

    Une fois dans l’allée, profitez en aussi pour effectuer des flexions / extensions et n’ayez pas peur du ridicule bien au contraire, soyez fier de montrer l’exemple et vous allez voir que d’autres passagers vous emboîteront le pas! ( bon ne transformez pas la cabine en  » Zumba Party  » !!! pas sûr que les hôtesses apprécieraient ! …quoique…).

    Assis aussi vous pouvez bouger : fléchir et étendre aussi souvent que possible les pieds, les orteils, les bras, la nuque, les épaules etc… par exemple : poser sa main droite sur son coude gauche que vous ramenez vers la poitrine et baisser la tête côté gauche et inversement.

    Eviter de croiser les jambes ainsi que le port d’objets lourds sur les cuisses comme par exemple un ordinateur portable, car cela vous poussera à ne pas bouger.

    • RESTER CALME

    rouleau australien

    Vous êtes dans un avion pas dans un jet privé donc vous devait CO-HA-BI-TER ! Et oui il y aura peut être un bébé qui va pleurer 10h sur 11 juste derrière vos oreilles, votre voisin qui prendra votre épaule pour un oreiller, celui qui parle à voix haute et bien portante alors que vous essayer de  » enfin  » dormir un peu etc etc…

    Autant de raison de péter littéralement un câble mais NON… on peut pas… on est dans un avion… et puis surtout on est des êtres humains et on doit savoir faire ça… » vivre en communauté  »  que ça s’appelle non?

    Il faut se dire que ce n’est que le temps du vol et penser à cette superbe plage paradisiaque et ce cocktail exotique qui vous attend…

    Profitez donc de votre temps pour pratiquer quelques exercices de relaxation, vous pouvez même écouter une musique de relaxation souvent proposée dans le lecteur dvd individuel sur le siège

    voici quelques exemples d’exercices de relaxation à faire assis :

    candle_light_photos20

    • La respiration abdominale : sur l’inspiration, rentrez le ventre à fond, puis sur l’expiration, poussez-le. Cette respiration permet également de détendre les intestins, l’estomac et l’abdomen si vous êtes sujettes aux spasmes ou maux de ventre.
    • Détente totale : Fermez les yeux, et respirez en poussant à fond sur votre expiration.Visualisez vos pieds et remontez le long de votre corps en n’oubliant aucune partie : chevilles, mollets, cuisses, aine, ventre, poitrine, bras, cou et tête. Puis repartez vers le bas du corps. N’oubliez pas de respirer lentement.

     

    Sur ce, bon vol en espérant que tous ces conseils vous soient utiles et n’hésitez pas à commenter si vous avez des astuces supplémentaires!